Carnet

Puyo Puyo Tsu

Ei! Fire! Ice Storm! Diacute! Braindumbed! Jugem! Bayoen!

Arle Nadja

Je ne suis pas un grand amateur de jeux vidéos. Cependant, j'ai une relation quasi-obsessionelle avec certains, notamment avec Puyo Puyo Tsu, un puzzle sorti en 1994. J'adore ce jeu. Je peux y jouer des heures sans lassitude, et c'est toujours la musique qui finit par m'épuiser (c'est son plus gros défaut), jamais le gameplay.

Je me considère comme un bon joueur, pas du niveau S-Rank league, mais plutôt bon quand même. Comme il y a peu de joueurs en France, j'étais très enthousiaste à l'idée de me confronter à des japonais.

Puyo Puyo au Japon, je confirme, c'est du lourd. Tout le monde connait. Il y en a plein les salles d'arcade. Il y a même une pièce de théatre (!!!) avec plusieurs représentations en mai. Cependant, la grande majorité des bornes sont des versions récentes du jeu (Puyo Puyo Fever, soit Puyo Puyo 5, sorti en 2003) ou des dérivés étranges (Puyo Puyo!! Quest Arcade, sorti en 2013). Celle que j'apprécie, Puyo Puyo 2, est présente mais plus rare et les bornes parfois en mauvais état.

Cependant, j'ai trouvé de bons spots dans le quartier Akihabara, notamment la salle Hey. On s'échauffe. Préparation physique et mentale. C'est parti !

Le premier concurrent a été facile à dénicher. Il rodait autour de la borne comme un prédateur attendant sa proie. J'ai inséré les 100 yens dans la fente, ce qui donne droit à 5 parties. La première partie a donné le ton : elle a été très longue, il joue un peu comme moi (beaucoup d'escaliers 3-1, quelques crosscuts pour surprendre...), mais il est quand même meilleur. Il remporte la première partie de justesse. J'égalise ensuite en brouillant les pistes. Je gagne aussi la troisième partie, ce qui me rend confiant. Sûrement trop confiant car Tanaka, c'est son prénom, révèle son vrai niveau à la quatrième partie et gagne haut la main la cinquième en faisant partir sa combo du haut de l'écran. Je perd 2-3, ravi par cette confrontation épique.

Le second était un curieux attiré par la confrontation précédente. La première partie commence par un zenkeshi, et j'ai été trop gourmand : il a fait démarrer sa combo deux coups avant moi, ce qui m'a été fatal. La deuxième partie commence de la même manière, et j'ai vécu les premières secondes dans la peur de me faire distancer. J'ai fini par me résoudre à balancer une combo moyenne et j'ai gagné. À partir de la troisième partie, son jeu est devenu plus scolaire, très appliqué. C'était intéressant : il avait toujours deux combos prêtes à démarrer, une grosse à droite pour l’attaque et une petite à gauche pour le contre. J'ai fait pareil et, étant moins prévisible que lui, j'ai remporté les manches. Je gagne donc 4-1.

Je pensais avoir repéré le troisième depuis un moment, un gars qui semblait maitriser Puzzle Bobble, mais il n'était pas chaud. Je me suis donc rabattu sur un autre gars qui trainait du côté des jeux de combat. Ce n'était pas une super idée. Le mec savait bien jouer, mais n'avait pas d'envergure, pas de panache. Il enchainait les petites combos sans beaucoup de résultats. Je l'humilie en 5-0.

Bilan de la soirée : victoire ! Complètement exalté par l'expérience, et abasourdi par le vacarme de la salle d’arcade, j'ai baissé ma garde et j’ai craqué. Je suis rentré à l'hôtel avec ça :

C'est mal ! C'est péché !

Si vous voulez jouer au Puyo Puyo Tsu officiel, le meilleur moyen est d'utiliser l'émulateur MAME (c'est un peu compliqué à mettre en place mais ça vaut le coup). Vous pouvez aussi jouer à une excellente version non-officielle : PuyoVS. Et surtout, déconnez pas, jouez au stick !

Pour en savoir plus : Bayoen, site de la communauté francophone. Puyo Nexus, un site anglophone.

Consultez le commentaire.

Lost in translation

T'es sûr de rien ici

Shurik'n

La communication n'a pas tout le temps été facile ces derniers jours. Notamment aujourd'hui quand, à partir d'une même réservation par Internet, deux e-mails contradictoires ont été reçus : l'un dans ma boîte e-mail, l'autre dans celle de l'hôtel. La discussion, sans verser dans l'animosité, a été plutôt tendue et le différent a fini par être résolu en ma faveur après presque deux heures de lutte.

Au plus fort du conflit, alors qu'on avait hotels.com au téléphone (un super service après-vente téléphonique, merci), la fille de l'accueil s'est emparée de 4 rectangles de papier aux motifs floraux et quadrillés. D'une main habile et d'un geste appliqué, elle les a pliés dans tous les sens et les a réunis deux par deux. C'était des origamis. C'était des shurikens.

Elle me les a tendus en s'exclamant : "Shinobi !". Chou ou chelou ?

Consultez les 3 commentaires.

Japooooooooooooooooooon !

Me voici à Tokyo où j'ai rejoins Janny, avec qui je vais passer les 2 prochaines semaines dans le sud du Japon. Elle a apporté du foie-gras !

J'ai beaucoup aimé la Corée du Sud. C'est une réaction à chaud mais il se pourrait que ça soit mon séjour préféré. J'aurais adoré écrire un billet sur les idols qui est un phénomène à la fois bien marrant et super flippant, mais je ne suis pas sûr de l'avoir bien compris.

Cheers to my people from Korea : Ken (US), Aryun (KR), Nari (KR), Gang Yoo (KR), Michelle (US), Yachi (TW) Sungkung (KR), Anita (CZ) & Sharon (KR) from Seoul. Aidin (US) from Busan.

Le Japon, ben, c'est encore plus japonais que je l'imaginais. Je culpabilisais d'atterrir dans le pays avec la scène des toilettes de cars 2 en tête. Mais, de ce que j'en ai vu pour l'instant, Tokyo, c'est exactement ça ! Je sens que je vais bien m'amuser.

Consultez le commentaire.

DMZ

La frontière entre les Corée du Nord et du Sud, appelée Military Delimitation Line (MDL), est l'une des zones les plus fascinantes du monde, et considérée comme l'une des plus dangereuses. De chaque côté, de la Mer Jaune à la Mer du Japon, elle est entourée de la zone démilitarisée (DMZ) large de 2 kilomètres.

Il s'agit d'une surface sur laquelle la présence humaine, civile ou militaire, est acceptée (il y aurait même beaucoup de militaires sur place), mais aucune activité permanente n'est tolérée (donc, pas d'habitations, pas d'entreprises, et pour les militaires, pas de bases, ni d’équipements fixes). Dans toute la zone, chaque État n'a pu conserver qu'un seul village : la Corée du Sud a Daeseong-dong, un village de 160 habitants pas loin de Séoul ; la Corée du Nord a Kijong-dong, un… machin, pas très loin non plus.

Par train ?

Étant interessé par ce genre d’anomalies géo-politiques, j'ai souhaité me rendre dans la DMZ, mais ce n'est pas facile d'accès. J'ai d'abord voulu y aller par train, puisqu'il existe une ligne Séoul-Pyongpan. La ligne est cependant interrompue actuellement, et la dernière gare accessible depuis Séoul, la gare du Mont Dora, est évidemment située juste avant le début de la zone.

Cette gare-frontière est organisée comme un aéroport avec un contrôle d'identité et un scan des bagages aux rayons X, mais seulement pour les voyageurs par train. Et il est vain d'essayer d'atteindre la DMZ à pied depuis la gare car le poste de contrôle est situé à plusieurs kilomètres.

Et puis, attention au choc : la dernière vision du Monde Libre qu'on voit avant la DMZ est une photo de George W Bush. C'est moche, la guerre psychologique.

Par bus mais...

Depuis Séoul, on peut aussi aller à la DMZ par route. De nombreux tours-opérateurs proposent des allers-retours par bus. Il existe principalement deux formules :

  • celle appelée "DMZ" coûte environ 50€ et dépose au Mont Dora

  • celle appelée "DMZ - Panmunjeom" coûte environ 140€ et dépose à la Joint Securrity Area (JSA), qui a été jusqu'à récemment le seul poste frontière entre les deux Corées et le lieu le plus emblématique de la DMZ

Ayant un budget limité, j'ai pris la première option et ce fut une grosse erreur. En effet, contrairement à son nom, cette formule ne pénètre jamais dans la DMZ, le Mont Dora étant situé, comme sa gare, dans la commune sud-coréenne de Paju, à la limite extérieure de la DMZ. Mais le plus insultant, c'est la façon dont la mascarade est organisée.

Le bus s’arrête d'abord à une sorte d'aire d'autoroute correspondant à la Civilian Control Line (CCL), une délimitation n'existant que du côté Corée du Sud, ou un militaire jette un coup d'œil distrait dans le bus et vérifie négligemment quelques passeports. Le chauffeur du bus chauffe son public : "Danger ! Danger ! Security control ! DMZ control !". Comme beaucoup de passagers, j'en profite pour aller aux toilettes. On y trouve une carte de la comune de Paju, j'y vois le monument, j'y vois la limite de la DMZ : plus de 5 kilomètres séparent les deux !

Le bus redémarre et traverse un pont qui est maladroitement maquillé en frontière : des blocs de bétons pour décorer sur le bord, des postes d'observations avec peinture camouflage sur les rives. Une fois arrivé de l'autre côté, le chauffeur hurle : "DMZ ! DMZ ! Danger ! Danger ". Pourtant, à gauche, nous avons des champs de gingembre et des entrepôts de marchandise, à droite…. une base militaire ! Une contradiction qui ne gène nullement le chauffeur : "American base ! Danger ! Danger ! DMZ ".

Sans être embouteillée, la route est assez fréquentée : d'autres bus de touristes victimes de la même arnaque que moi, mais aussi beaucoup de berlines qui se dirigent vers la ville nord-coréenne de Kaesong. En effet, certaines entreprises sud-coréenes se sont installées en Corée du Nord pour bénéficier de la main d’œuvre bon marché et des cadres et des hommes d'affaires font des allers-retours réguliers.

Le Mont Dora sert de poste d'observation, avec un monument dédié à la réunification. En insérant quelques piécettes, on peut regarder au travers d'une lunette. On voit en effet la DMZ au premier plan (elle ne serait qu'à 400 mètres...), et la Corée du Nord au fond (avec Kaesong et  Kijong-dong). Outre l'aspect historique et politique, la vue vaut le coup pour le paysage : sans activité humaine permanente sur 2000 kilomètres carrés, la DMZ est devenu un paradis pour les plantes et les animaux.

Cependant, là encore, on nous fait croire qu'on est en pleine DMZ ("Danger ! Danger !"), aux portes du régime de Kim Jong-Un, malgré la présence de cartes de randonnées affirmant le contraire.

Je croise le regard d'une old lady anglaise. Elle aussi a compris la situation. Elle s'approche et me demande avec un petit sourire mi-triste mi-espiègle : "Disappointed ?". Oui.

Par bus !

Alors, oui, on peut y aller, dans cette fichue DMZ. Pour cela, il faut prendre l'autre formule, le bus "DMZ - Panmunjeom", qui pénètre effectivement dans la zone après un vrai contrôle de sécurité. Mais il faut y mettre le prix fort et demander une autorisation administrative trois jours à l'avance. Une fois dans la zone, il faut faire attention car elle contiendrait 1 million de mines, et, bien entendu, ne pas oublier de prendre le bus retour.

Ça sera peut-être pour une prochaine fois...

Consultez les 2 commentaires.

Hangeul

À Séoul, même s'il est difficile de trouver quelqu'un parlant anglais hors des quartiers jeunes ou d'affaires, un gros effort de double affichage coréen / anglais a été mis en place dans toute la ville. C'est vraiment une délicate attention. Dans le métro, par exemple, c'est très pratique. Pour un nouveau venu, "exit" est plus parlant que 출구.

Cependant, pour les noms propres, il y a souvent des écarts de translittération, ce qui fait qu'une même station de métro peut avoir une écriture latine différente entre le plan de la ville, le plan du métro et les affichages dans les rames. J'ai donc rapidement commencé à me référer uniquement aux noms coréens, non sans pester contre cette écriture qui semblait avoir des milliers de caractères différents, comme peut le faire penser par exemple cet extrait :

<모든 인간은 태어날 때부터 자유로우며 그 존엄과 권리에 있어 동등하다. 인간은 천부적으로 이성과 양심을 부여받았으며 서로 형제애의 정신으로 행동하여야 한다.

Et bien non ! C'est un alphabet, comme le nôtre, et il est plutôt simple et bien stylé. L'astuce : les mots s'écrivent de gauche à droite, mais les syllabes forment des piles de lettre de haut en bas.

Avec un exemple, c'est plus facile :

bibimbap

  1. Découpons-le en syllabes, sachant qu'il ne peut y avoir qu'une voyelle par syllabe : BI - BIM - BAP
  2. Au sein de chaque syllabe, empilons les caractères les uns en dessous des autres :
    B
    I
    B
    I
    M
    B
    A
    P
  3. Ah ! Une petite exception ici : les voyelles A, I et O ouvert ne suivent pas l'empilement et se calent en haut à droite.
    BIBI
    M
    BA
    P
  4. Pour finir, faisons la translittération des caractères un par un :
    ㅂㅣㅂㅣ
    ㅂㅏ

비빔밥

 

Ça marche aussi pour les mots français. Par exemple :

pierre

  1. Je voulais le découper ainsi : PI - ÈR, mais les coréens ont du mal avec le E muet. Donc : PI - È - RE
  2. On empile :
    P
    I
    ÈR
    E
  3. Ici, seul le I est calé en haut à droite. Et une syllabe ne peut démarrer par une voyelle, on rajoute donc une lettre muette à gauche du È :
    PIH
    È
    R
    E
  4. Translittération :
    ㅍㅣㅇ ㅐ

피에르

Sympa, non ? À l'aide de ce tableau de correspondance des lettres, pouvez-vous écrire votre prénom en hangeul ?

Langues et écritures

Si l'hangeul date du XVe siècle, ce n'est que depuis la fin de la seconde guerre mondiale qu'il 'est réellement utilisé. Il a remplacé l'écriture chinoise traditionnelle (qui n'est pas un alphabet puisque son unité n'est pas la lettre mais le mot). Ce n'est pas la première fois que j’entends ça ces derniers temps...

La semaine dernière, j'étais à Hong-Kong, qui a conservé l'écriture chinoise traditionnelle, alors que la Chine Continentale a adopté l'écriture chinoise simplifiée, après avoir envisagé dans les années 50 une adoption de l'alphabet latin.

La semaine d'avant, j'étais au Vietnam qui a progressivement abandonné entre le XVIe siècle et 1918 l'écriture chinoise traditionnelle pour adopter l'alphabet latin.

En Indonésie, l'alphabet arabe a été remplacé par l'alphabet latin en 1928. Petite curiosité : l'île de Buton a d'abord envisagé d'utiliser l'hangeul avant d'adopter le latin.

Les changements d’écriture semblent avoir deux motivations principales :

  • développer le sentiment national (Corée, Vietnam, Indonésie)
  • lutter contre l'analphabétisme en adoptant un système d'écriture plus simple (Corée, Chine, Vietnam, Buton).

Plus j'y pense, plus ça me donne le tournis. J'ai des difficultés à imaginer le français avec une autre écriture que l'alphabet latin. Même si ça permettrait de simplifier l’orthographe en rapprochant la transcription de la prononciation, les pertes en termes d'étymologie, et donc en termes de sens, seraient considérables.

Consultez les 2 commentaires.

Archives

2015
6 avril Gwoemul Séoul Perso 6
5 avril Bibimbaps, me voici ! Séoul Perso 8
4 avril Pillow Fight Hong-Kong Perso 4
2 avril Géopolitique et chocolat Hong-Kong Techno 3
29 mars Bye bye melodica & Vietnam Hong-Kong Techno 12
28 mars 16 cocktails dans le ciel de Saigon Saigon Monde 4
25 mars L'opium du peuple Con Dao Techno 0
19 mars Le prix du bétel Hué Techno 2
15 mars Mer de chine Kuala Lumpur Perso 1
14 mars Blurred line Malay Monde 3
10 mars Mata ! Mata ! Malay Monde 5
8 mars Trackin' Manille Perso 4
7 mars Ital Jakarta Perso 6
6 mars La pause kopi Yogyakarta Monde 9
2 mars C'est la vie Denpasar Perso 3
1 mars See Ya Denpasar Perso 0
27 février L'appel de la forêt Katoomba Perso 4
24 février À mon regard tu te dérobes Sydney Monde 2
19 février On the Great Ocean Road Melbourne Perso 2
16 février Kia Ora Melbourne Perso 12
14 février Coriolis Waiheke Island Monde 4
12 février Under the rainbow Auckland Monde 0
10 février Fast exciting game Rotorua Monde 2
8 février Brebious Party 8 Rotorua Techno 7
7 février Waitangi Lower Hutt Monde 0
3 février I'll take you to the barbershop Lower Hutt Techno 1
1 février Des cagous aux kiwis Lower Hutt Perso 2
31 janvier Cocktail Karikate Karikaté Perso 0
29 janvier Cobra clutch Yaté Perso 3
27 janvier Île Bayonnaise Île des Pins Perso 2
25 janvier La mission Nouméa Techno 5
22 janvier Berdea Karikaté Perso 5
21 janvier La pause Kava Karikaté Monde 7
16 janvier Le caillou Karikaté Perso 3
13 janvier Tomber de Charlie en Scylla Karikaté Monde 0
12 janvier 東京国際空港 Kyoto Perso 0
8 janvier Rebond Paris Perso 4
2014
20 janvier Blue monday Paris Perso 1
2012
4 février Il neige à Venise Venise Perso 3
2011
28 décembre Miss Java Ajaccio Perso 1
2 novembre Sur la route Paris Perso 4
22 septembre Part heart, part garbage Paris Monde 1
29 août 1337 Paris Perso 0
12 juillet De Drupal 6 à Drupal 7 Paris Techno 1
4 juillet 10 ans de Spartak Paris Perso 2
3 juillet Reggae musique morte ? Paris Monde 2
27 juin Bayonne : Un calendrier contre les calendes Paris Monde 4
8 juin World IPv6 Day Paris Techno 0
4 mai Blockify Paris Techno 0
6 avril Méthode HTTP PATCH Paris Techno 0
18 mars Barcode love Paris Techno 0
13 mars Révolutions et démocratie Paris Monde 2
13 mars Relax NG comme syntaxe de documentation Paris Techno 0
20 février Janny Jane Bruxelles Perso 0
2010
31 décembre Son nom est.... Paris Perso 4
26 décembre GNU/Linux à l'heure d'Android Versailles Techno 2
29 novembre Il neige (5) Paris Perso 0
16 octobre PhiloWeb Paris Techno 0
10 octobre Euterpe Paris Perso 3
29 août Succès et limites du RDFa Paris Techno 0
25 août Contenants, contenus et auteurs Paris Techno 0
20 août Organiser la connaissance Paris Techno 0
13 août De vieilles connaissances (2) Paris Techno 4
10 août De vieilles connaissances (1) Paris Techno 1
7 août Soyez brefs Paris Techno 0
4 août Des triplets partout Bergerac Techno 4
1 août Au commencement était l'URI Bayonne Techno 0
28 juillet GIV US TEH KEYS Paris Perso 4
25 juillet Leperliac Paris Monde 3
21 juillet Cassini sous les néons Paris Monde 3
11 juillet Iä, Iä, Cthulhu fhtagn Paris Monde 0
21 juin Fête de la musique Paris Perso 4
17 juin REST et SOAP en deux pintes Paris Techno 15
28 mai Quartiers Paris Monde 2
19 mai L'artiste du mois Paris Monde 2
9 mai Cyclologie Paris Techno 2
29 avril Les ombres de Saint-Paul Paris Monde 2
21 avril Temps clair pour voyager en Europe Paris Monde 0
20 avril Mission accomplie Paris Perso 5
15 avril Paname Paris Perso 0
29 mars Luna Park pour la génération Y Bordeaux Monde 2
20 mars Abstention et pouvoir Lille Monde 4
7 mars Weapons of Maß Destruction Munich Perso 0
26 février Ghost Of Marx Bruxelles Monde 2
13 février Paradoxaux aficionados Bayonne Monde 2
6 février J'ai la frite Bruxelles Monde 3
13 janvier Doppelgänger Bruxelles Perso 5
10 janvier Tempête de sable à Helsinki Bruxelles Monde 2
2 janvier Bâtir de beaux URI : les extensions Bruxelles Techno 1
2009
19 décembre Il neige (4) Bruxelles Perso 0
14 décembre Compte à rebours Bruxelles Techno 0
13 décembre Menara ♥ Peterlin Bruxelles Perso 1
10 décembre Les ressources étherées du Web Bruxelles Techno 0
23 novembre Albin a la grippe Bruxelles Perso 0
16 novembre 6 ans de liberté Bordeaux Techno 0
8 novembre Frontières Lille Techno 0
27 octobre Le désert est une grande plage Bordeaux Monde 3
5 octobre L'homme contre la machine Lille Techno 3
2 octobre Entrer en lecture Lille Monde 0
7 septembre Jeu de piste Bruxelles Perso 0
1 septembre Un nouveau départ Bruxelles Perso 1
22 août Install Party Saint-Jean-De-Luz Techno 0
4 août Les fêtes de Bayonne Bayonne Perso 2
26 juillet Les flingues de Bayonne Bordeaux Perso 0
10 juin Un verre de Camille Brune ? Bordeaux Perso 0
20 mars Un deux trois Web Bordeaux Techno 0
3 mars Performance Bayonne Perso 1
1 janvier 2009 Bayonne Perso 0
2008
12 décembre Monopoly Bordeaux Perso 0
15 octobre ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ Casablanca Perso 0
13 juillet Play it again, Sam ! Casablanca Monde 0
22 mai Revue VS Casablanca Casablanca Monde 0
2007
28 septembre La promenade blanche Bordeaux Monde 0
9 mai Gnome, c'est ma tasse de thé Bordeaux Techno 4
7 mai Gueule de bois Bordeaux Monde 1
24 février Spartak se reforme ! Bayonne Perso 0
25 janvier Il neige (3) Bordeaux Perso 3
19 janvier Carnets Bayonne Perso 0
15 janvier Pierre blanche Bordeaux Techno 0
2006
3 septembre Oublier le sludge Bordeaux Monde 1
1 septembre C'est dit ! Bordeaux Perso 3
24 juin Pétition Bayonne Perso 3
13 juin Bon plan Barcelone Perso 7
1 juin Le retour Bayonne Perso 5
1 mai Wappu Wappu Jee ! Helsinki Monde 0
28 avril Universalité des triplets Helsinki Techno 0
4 avril Non au CPE Helsinki Monde 7
1 avril Aprillipäivä Helsinki Perso 7
28 mars The Quest for Kalevala Helsinki Perso 2
24 mars Guerre de religions Helsinki Techno 1
20 mars Tschüß Jürgen Helsinki Perso 0
6 mars Arc-en-ciel Helsinki Monde 0
27 février Sécurité sous Unix Helsinki Techno 0
15 février Le petit snack de Chydenia Helsinki Monde 2
14 février Ça va mieux en le disant Helsinki Monde 4
13 février Surprise Helsinki Monde 2
4 février Joyeux anniversaire Helsinki Perso 4
29 janvier Reconnaissance faciale Helsinki Perso 6
23 janvier La messagerie instantanée pour tous Helsinki Techno 0
19 janvier Finlandia Helsinki Monde 1
10 janvier gerié é nouar Helsinki Perso 3
2005
8 décembre En vrac sur la Finlande Helsinki Monde 0
5 décembre Le Logiciel Libre Helsinki Techno 0
28 novembre Velvhel Underground Helsinki Monde 0
24 novembre Les marchands du temple Helsinki Monde 4
21 novembre Mieux que le jogging Helsinki Monde 4
20 novembre Mens in saunas : corpore sano Helsinki Monde 0
14 novembre Choc culturel Helsinki Perso 7
6 novembre Arsenal Helsinki Techno 8
4 novembre Gojira Helsinki Monde 0
26 octobre Sur un coup de tête... Copenhague Perso 8
26 octobre Il neige (2) Helsinki Perso 1
21 octobre On y est presque Helsinki Monde 2
19 octobre Ambition Helsinki Perso 7
18 octobre Eskerrik asko SVG Helsinki Techno 5
17 octobre Tallin Tallin Monde 1
13 octobre Élegance finlandaise Helsinki Monde 1
7 octobre Deuil Helsinki Monde 2
28 septembre Mathématiques Helsinki Perso 0
24 septembre Des bises et des brises Helsinki Monde 2
20 septembre Devinette Helsinki Perso 8
18 septembre Vilain mensonge Helsinki Monde 3
14 septembre Kieltolaki Helsinki Monde 7
10 septembre Catastrophe Helsinki Monde 1
8 septembre Aurore Boréale Helsinki Perso 1
7 septembre Les petits pas Helsinki Monde 1
7 septembre Où suis-je ? Helsinki Perso 10
6 septembre Meilla oli hauskaa Helsinki Perso 0
29 août Sept ans de réflexion. Bayonne Perso 3
19 août La rencontre entre RDF et XHTML Bayonne Techno 7
18 août Le cimetiere disparu Tonneins Perso 0
14 août La loterie bayonnaise Bayonne Perso 4
20 juillet Nuits rhénanes Strasbourg Perso 8
12 juillet Philocomptoir à Pampelune Pampelune Monde 4
21 juin Les Courants Contraires Bayonne Perso 6
18 juin Il hait le printemps Bayonne Perso 1
17 juin Sombre perspective Bayonne Monde 1
25 mai Mais que veut dire missik ? Strasbourg Perso 2
25 mai Sapience d'affaire Strasbourg Perso 2
16 mai Le début de la fin Strasbourg Perso 1
12 mai Quick and Dirty Robocop Strasbourg Techno 2
9 mai Galapagos, encore... Strasbourg Monde 0
6 mai Ramona Strasbourg Perso 6
24 avril Bayonne bridge Bayonne Monde 1
19 avril Les morts-vivants sont libres Strasbourg Monde 0
18 avril D'une catastrophe l'autre Strasbourg Perso 1
18 avril Avoir des potes Bayonne Perso 2
13 avril The Black Syb Session IV Strasbourg Monde 2
9 avril Drôles de fruits Strasbourg Perso 0
6 avril Decmaneur Strasbourg Techno 1
3 avril Sceptique ou sceptique ? Strasbourg Monde 3
1 avril Elle n'aime pas les pâtes Strasbourg Perso 2
19 mars La soirée parfaite Strasbourg Perso 0
15 mars Paris Pranaya Strasbourg Monde 0
14 mars Stras assaillie Strasbourg Monde 3
8 mars Hockey sur glace VS art contemporain Strasbourg Perso 0
2 mars Quels menus pour le HTML ? Strasbourg Techno 0
1 mars À ma lectrice inconnue Strasbourg Perso 1
26 février Les visiteuses Strasbourg Perso 0
20 février Bookcrosser malgré tout Strasbourg Perso 2
19 février Les médicaments libres Strasbourg Monde 0
18 février Séance de rattrapage Paris Techno 2
18 février Soif d'illégalité Paris Monde 0
13 février Différents arrière-plans dans le mode spatial Strasbourg Techno 0
11 février Helsinki sera toujours Helsinki Strasbourg Perso 1
4 février Le jour des SMS / Evolution of the Planet Strasbourg Perso 1
2 février man su Strasbourg Techno 4
1 février Profitez d'un taux exceptionnel Strasbourg Techno 1
24 janvier Il neige Strasbourg Perso 0
23 janvier Le tabac c'est tabou Strasbourg Perso 4
22 janvier Hermétisme Strasbourg Techno 0
18 janvier Le môle Seegmuller Strasbourg Monde 8
13 janvier SybSession II : la chronique Strasbourg Monde 0
8 janvier Bienvenue Strasbourg Perso 2